Accueil Association des Journalistes du Jardin et de l'Horticulture Réseau Linkedin   Twitter   Facebook   Flux RSS

Association des Journalistes du Jardin et de l'Horticulture

Espace Adhérents


>> Tous les sujets "Saint-Fiacre"





Prix Saint-Fiacre, palmares 2011





 

Un nouveau trophée a vu le jour


Il est né entre les mains d’un jeune sculpteur de talent, Quentin Morain, dont les thèmes de prédilection sont l’architecture, le monde végétal et animal et, tout récemment, l’humain. Quentin aborde la sculpture par le modelage, avant de travailler le métal : « Pour confectionner les armatures de mes œuvres j'ai dû apprendre la soudure. Le métal, avec lequel je trouvai une plus grande liberté technique, s'est alors aussitôt imposé comme matériau en soi. Celui qui m'intéresse est celui qui a déjà eu une vie. Je glane de ci de là un outil ancien, une faucille élimée au fond d'une grange, une boite de clous achetée sur une brocante. Le bronze dont est fait le trophée du Saint-Fiacre pour permettre de le rééditer quasi à l’identique (la patine mise à part), est une nouveauté pour moi mais cette expérience me donne envie de continuer… ».

http://www.anversauxabbesses.fr/artistes/user/quentin.morain
 



« Hyacinthe et Rose »
Prix Saint-Fiacre 2011



Le Prix Saint-Fiacre 2011 a été décerné à l’ouvrage Hyacinthe et Rose, de François Morel (texte) et Martin Jarrie (peintures) paru aux éditions Thierry Magnier.

Il suffit d’évoquer le mot « jardin » pour que les jardiniers que nous sommes en viennent spontanément à penser qu’il va falloir rabattre les asters, éclaircir les rangs de poireaux, jeter un coup d’œil au compost, désherber les allées, arracher les dahlias…On a si peu de temps qu’on va à l’essentiel, du moins à ce qui nous semble être essentiel : le travail au jardin.
Mais l’essentiel n’est évidemment pas là. On l’oublie parfois, mais l’essentiel, ce qui fait aimer le jardin et devenir jardinier, n’est pas ce travail-là mais les bouquets de souvenirs qui sont associés au jardin, souvent à celui dans lequel, enfant, on passait ses vacances, celles d’été, les plus longues. L’essentiel, ce sont les images et souvent les parfums que l’on a pu y glaner et qui, sans qu’on le sache, s’imprimant au plus profond de chacun de nous, nous ont appris la vie et fait grandir. L’essentiel, ce que l’on va chercher au jardin, ce ne sont ni le travail, ni le mal de dos qui va si bien avec, c’est notre enfance !
Peu de livres pourtant sont consacrés à ces bouquets de souvenirs. Voilà pourquoi, pour commencer, Hyacinthe et Rose a sans aucun doute retenu l’attention de nombre d’entre nous : il sortait des sentiers battus. Mais bien sûr, cette seule qualité n’aurait pas suffi à ce qu’on lui décerne le Prix Saint-Fiacre. Il en a d’autres ! Il faut lire le texte de François Morel et le relire et vous verrez, vous aurez l’impression de regarder le jardin de votre enfance par le trou de la serrure et à chaque nouvelle fois, de redécouvrir quelque chose ! Mais ce n’est pas tout. S’ajoutent au texte, les portraits de fleurs de Martin Jarrie qui eux aussi racontent des histoires : ses fleurs en effet posent comme autant de petites bonnes femmes dans leur plus belle robe. Pour un peu, on leur imaginerait des enfants, une maison, un chien et des chats, une vie de grande personne, alors que ce n’est que la notre qu’elles jalonnent tout du long et dont elles parlent en douce.

 

Les Coups de Cœurs 2011



Plaidoyer pour les mauvaises herbes, de Vincent Albouy paru aux éditions Edisud.

Ce livre met en valeur des plantes trop longtemps méprisées, devenues fatalement méprisables : les mauvaises herbes ! Ce n’est pourtant pas faute de qualités. Vincent Albouy en a listé 7, qui sont autant de bonnes raisons de les conserver dans son jardin : elles donnent de précieuses indications sur le sol, la plupart permettent de l’enrichir, certaines, de stimuler la croissance des végétaux voisins, d’autres, de soigner le jardinier lui-même, à moins qu’elles ne le nourrissent ou qu’elles n’embellissent son jardin, en plus de favoriser la biodiversité. Et nous, de rajouter une 8ème raison de les garder au jardin : ne pas les arracher, c’est du temps de gagner pour lire à l’ombre du cerisier. Et une 9ème : ne pas les traiter, c’est ne pas s’empoisonner. Les mauvaises herbes ont bel et bien leur place au jardin et ce très bon livre, une place dans la bibliothèque de chaque jardinier.
 
 

La Collection Larousse attitude-Jardin aux éditions Larousse

Notre coup de cœur va à cette curieuse collection, composée d’une dizaine de petits fascicules aux titres empreints d’humour. Elle est originale et drôle mais nous livre des informations sérieuses et efficaces à mettre en pratique au jardin. Les auteurs ont rivalisé d’imagination pour nous concocter ces ouvrages pratiques, pleins de bon sens et bien illustrés. A mettre entre toutes les mains.
 
La collection rassemble des ouvrages suivants :
  • Halte aux sales bêtes qui foutent la trouille ! de Gilles Bonotaux
  • Un hareng dans mon jardin, de Jean-Paul Collaert
  • Le jardin du radin ! de Jean-Paul Collaert
  • Ramène ta fraise, de Catherine Delvaux
  • Je veux des abeilles ! de Patricia Beucher
  • Je veux des poules, de Patricia Beucher



Nouveauté

Le Prix Saint-Fiacre a été remis cette année pour la première fois à Orléans lors de la 250ème grande fête de la Saint-Fiacre, aux abords de l’église Saint Marceau. Des milliers de fleurs fraîches, de fruits et de légumes habillaient cette dernière du sol au clocher (ou presque) ainsi que les rues voisines du quartier Saint Marceau qui fut, jusqu’au XIXème siècle, un grand centre de production horticole. Avec le temps et l’urbanisation, les cultures se sont déplacées mais l’esprit demeure et les jardiniers y restent nombreux. Nous espérons pouvoir renouveler l’expérience les années prochaines afin de faire mieux connaître le prix auprès du grand public.

 

 

Les Autres livres sélectionnés

 
 
Jardins de Chine ou la quête du paradis, de Che Bing Chiu et Li Yuxiang, Editions de la Martinière
 
La collection Découvrir, choisir, cultiver et contempler les pois de senteur/les hellèbores, de Andrew Mikolajski, Marabout Jardin
 
Le potager du roi, de Pierre David, Gilles Mermet et Martine Willemin, Editions de la Martinière
 
Jardins en Alsace, quatre siècles d’histoire, collectif, Lieux Dits Editions
 
Jardins et potagers de montagne, Snezana Gerbault, Rouergue
 
Quand jardiner soigne, de Denis Richard, Delachaux
 
Fleurs, fruits, légumes ; L’épopée lyonnaise, de S. Crozat, P. Marchenay, L. Bérard, Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire
 
Les Plantes à Bonbons, de Serge Schall, Plume de Carotte
 
Jardin Malin, de Jean-Paul Collaert, Larousse



La création de cette œuvre n’aurait pas été
possible sans mécène

Nous remercions donc Plantassistance et plus particulièrement Gérard François, pour avoir spontanément proposé son aide financière en vue de la création de ce trophée unique.
Le « Saint Fiacre » de Quentin, prévu pour être tiré à 8 exemplaires, a été fondu dans la Fonderie Landowski, à Bagnolet, une fonderie familiale (3 générations de fondeurs s’y sont succédés), fonderie de cloches à l’origine, en 1870, passée fonderie d’art depuis les années 1960. C’est l’une des dernières de Paris et de sa proche banlieue.

www.landowski-fondeur.com

 
Copyright Association des Journalistes du Jardin et de l'Horticulture 2012 - Mentions Légales